La méthode du classeur


Comment faciliter ma mémorisation des arrêts ?


La formation à l'IEJ a débuté depuis un moment maintenant et le nombre d'arrêts de jurisprudence cités en cours d'actualisation commence à devenir de plus en plus important.


Dans le mesure où, pour l'épreuve de cas pratique du CRFPA, il est probable que vous tombiez sur un arrêt d'actualisation, je vais vous révéler une astuce qui m'avait été confiée par une amie pour apprendre et vous souvenir facilement de chaque arrêt étudié dans une matière.


En outre, comme vous le savez déjà, les concepteurs de sujets de cas pratique se contentent généralement de prendre des arrêts de jurisprudence, de changer les noms et certains faits — souvent pour y ajouter une touche humoristique d'ailleurs ! — de problématiser le cas et le mettre en page pour l'envoyer à la reprographie.


Il est donc primordial de maîtriser les arrêts de jurisprudence vus en cours de façon à reconnaître tout de suite l’arrêt en question le jour J et à résoudre le plus rapidement possible le cas pratique en faisant travailler votre mémoire tout en sachant où chercher la bonne information dans votre code.


Or, le meilleur moyen de mémoriser un arrêt et ses faits, c’est de lui donner un nom !


Voici la méthode :

  • Prenez un classeur (pas besoin de vous faire un dessin) ;

  • Prenez autant d'intercalaires de format A4 que votre matière à cas pratique contient de chapitres. Pour vous donner un exemple, le droit des obligations au CRFPA est réparti en cinq parties (théorie générale des contrats, responsabilité civile, quasi-contrats, régime général des obligations et preuves) et chaque partie est divisée en chapitres (ex : pour la partie théorie générale des contrats, vous aurez un chapitre sur les vices du consentement, un autre sur la forcé obligatoire, etc.) ;

  • À présent, prenez autant de sous-intercalaires en trapèze que votre matière contient de sections (ex : pour le chapitre sur les vices du consentement, une section est consacrée à l'erreur, une autre sur le dol, etc.) ;











  • Pour chaque arrêt de jurisprudence mentionné en cours, notez correctement la date et, surtout, le numéro de pourvoi (en espérant que votre enseignant vous le donne ; dans le cas contraire, demandez-lui de le préciser à chaque fois), afin d’en faciliter la recherche ;

  • Une fois chez vous, connectez-vous à Légifrance, le site public de diffusion du droit, et allez chercher cet arrêt en question.

  • Imprimez-le, perforez-le et classez-le dans votre classeur au sein de la section auquel il appartient ;

  • Il ne vous reste alors plus qu’à donner un nom à votre arrêt, à partir de ses faits par exemple, et à indiquer ce nom en haut de la page imprimée et classée.


Cet outil mnémotechnique est idéal pour mémoriser un arrêt et le reconnaitre rapidement dans un cas pratique.


Pour l'anecdote, je me souviens avoir nommé un arrêt « Goûter d’anniversaire » en matière de responsabilité du fait des véhicules terrestres à moteur. Les faits de l’arrêt concernaient un goûter d’anniversaire où des enfants jouaient au football dans la cour d’une maison. Le ballon est passé par-dessus la porte d’entrée et l'un des enfants a couru après le ballon se faisant alors percuter par une voiture — je vous rassure l'enfant s'en est sorti avec plus de peur de que mal (Civ. 2e, 4 oct. 2012 ; n° 10-21.612).


Figurez-vous que cet arrêt est tombé en cas pratique lors de ma deuxième tentative au CRFPA et portait sur la moitié des points de l’épreuve.


Avoir nommé cet arrêt m'a permis de m'en souvenir et de le reconnaître rapidement à la lecture de l'énoncé du cas pratique. Grâce à cette astuce, j'ai gagné un temps considérable dans la résolution du cas et j'ai pu appliquer le raisonnement de la Cour de cassation.


À vos classeurs...



2e Civ., 4 oct. 2012 ; n° 10-21.612.

Featured Review
Posts à venir
Tenez-vous à jour...
Tag Cloud